mardi 17 août 2010

Près des collines

Près des collines

Dans mon rêve, l'oiseau.
Comme une conscience,
Un esprit tutélaire
Envahit mes pensées.

Je vois à travers son oeil,
Sans quitter mon corps et mon lit,
Les plaines et les collines,
Les ennemis et les proies.

Je vois, je voyage.
Les heures de rêve durent quelques secondes à peine.
Je m'éveille en sueur
Hébété
Lorsque le campagnol siffle dans l'herbe haute
Comme mon réveil-matin.

8 commentaires:

  1. et ce beau poème est il aussi de toi pour superbement illustré l'image ?

    merci de ce que tu offres ici
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. Dans l'oeil de l'oiseau ... le rêve... tout me plaît !

    RépondreSupprimer
  3. Superbe phot et très beau message qui me rappelle un peu nos vacances ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Aprés un tel rêve , moi je me casse la figure du lit a coup sur :)
    sympathique illustration de ce joli texte

    RépondreSupprimer
  5. Rêverie d'endormi(e)
    Au petit matin serein
    S'éloigne la nuit
    Au repos incertain.

    RépondreSupprimer
  6. Un texte que l'on devine très ressenti et une image toujours pleine de mystère comme tu sais si bien les réaliser avec Vue esprit!
    bonne journée, Phil!

    RépondreSupprimer

Vos messages sont appréciés, merci !