mercredi 8 septembre 2010

Rêve de lumière


Le vent souffle à peine. 
Un murmure.
Il parcourt l'herbe, éveille les rêveurs.
Un murmure et la lumière apparait à la surface du Rhin tout proche.
Les rêveurs ne déplient pas encore leurs ailes que la rosée épargne.
Ils escaladent l'herbe, batifolent...
C'est un rituel qui recommence chaque matin.
Une petite éternité qui me donne envie de sourire...

12 commentaires:

  1. La première esr superbe!!Une telle lumière laisse présager une magnifique journée!
    Très bonne journée dans ta belle région!!

    RépondreSupprimer
  2. Le battement des ailes du papillon qui se réveille ... superbe !

    RépondreSupprimer
  3. OH Philippe si tu savais
    tout le mal que j'ai pour passer
    mais enfin tout va bien je suis là bien avec toi. Bref ce matin pas d'eau chez moi pas possible encore j'en ai assez c'est trop injuste!!
    Donc pas de douche sauf dehors pk pas! Pas de vaiselle non plus et plus rien du tout voilà.
    Mais j'ai de quoi boire hihihiihh
    j'adore tes photos mais là le moral BAISSE bisou

    RépondreSupprimer
  4. Magnifiques macros, bravo Philippe pour ces images au fond doré qui met en valeur le papillon, bonne journée, amitiés, Corinne

    RépondreSupprimer
  5. j'adore encore tes photos oui j'adore

    RépondreSupprimer
  6. J'aime ton texte et quelle belle lumière sur tes photos !

    RépondreSupprimer
  7. je reviens regarder sans faire de bruit

    RépondreSupprimer
  8. Je répète d'autres commentaires, mais ton texte est très beau, et une "éternité qui donne envie de sourire" est si rare... J'aime aussi beaucoup ta première photo.

    RépondreSupprimer
  9. Chapeau pour ta première photo!
    On aimerait que l'instant se prolonge, oui!

    RépondreSupprimer
  10. Sans faire dans l'originalité de commentaire, la 1ere est magnifique
    sous une belle lumiére tu as bien mis en valeur cet instant

    RépondreSupprimer
  11. Magnifiques et superbes contre-jours ! Du grand Art !

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer

Vos messages sont appréciés, merci !