dimanche 31 octobre 2010

Portrait de l'inconnue

Entreroches - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit
Le jeune homme gravit les marches de l'escalier d'un pas sur, les yeux levés vers le palier où je l'attends, la main tenant un grand sac plat.
Il est habillé chaudement, me salue et tend un petit bout de papier quadrillé protégé par du ruban adhésif transparent.
Je lis "Je suis un étudiant polonais, j'ai 22 ans, pouvez-vous m'aider..." pendant qu'il sort du grand sac de congélation des dessins au crayon au format A3.
Des natures mortes, des portraits, des paysages de toute beauté.
Quelques mots de français, d'anglais, d'allemand échangés sans que nos regards se croisent vraiment.

Ce n'est pas ce que montrent d'habitude les étudiants fauchés lorsqu'ils passent ici.
Brioches sans gout, gâteaux secs plus très secs.
Qu'on a juste envie de mettre à la poubelle une fois le billet donné en échange.
On ne le fait plein de honte que 3 jours plus tard quand la moisissure apparait.

"Je suis un étudiant polonais, j'ai 22 ans, pouvez-vous m'aider..."
Elle ne fait que commencer et déjà sa vie ne ressemble à aucune autre.
Ca me secoue de ne pas en savoir davantage, de ne pas avoir envie d'en écouter davantage...

Ce midi face au portrait de l'inconnue dessinée avec soin, je croise son regard.
Comme un scalpel, un rai de lumière, un rayon laser.
Qui dit à la fois la misère et la beauté du monde.

samedi 30 octobre 2010

Ce n'est que le début...

Etang de Saint-Pierre un matin de juillet

Le petit utilitaire blanc est garé sur le parking du supermarché.
Sur le tableau de bord, des petits paquets attendent que l'homme assis au volant les picore.
Quel age a-t'il ? 70, 75 ans peut-être.
Le visage émacié, la barbe de plusieurs jours, les yeux enfoncés, fatigués qui se détournent lorsque mon regard l'atteint.
Derrière son siège, une petite casserole trône sur un réchaud.
Près de la porte arrière de sa voiture, une ficelle maintient roulé le sac de couchage.
Une couverture bleue pale, un peigne, une savonnette, une brosse à dents...

Ce n'est que le début...

vendredi 29 octobre 2010

Petite lune

Little Moon - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

"Petite lune, petite lune!"
Prie l'enfant dans la nuit d'OrmaZ,
"Éclaire ma route et mes pas, un petit peu pas davantage, pour que je vois mes pas..."

Dans le ciel étoilé, les patrouilleurs déchirent le ciel.
Ils vont trop vite pour distinguer l'enfant d'un rocher.
Leurs détecteurs de chaleur ne le voient pas, le confondent avec un arnavis des sables ou une pouille gibeleuse.

Les patrouilleurs s'éloignent du désert éclairé par le vieux soleil alpha, à peine plus gros qu'une lune désormais.

"Petite lune, petite lune!"
Remercie l'enfant qui avance d'un pas sûr dans la nuit d'OrmaZ...

jeudi 28 octobre 2010

Dale un soir d'automne

Dale Redux 1 - Image de synthèse réalisée avec MojoWorld

Le courriel d'un ami connu aux temps anciens du modem 56k a réveillé des souvenirs...
J'ai cessé d'utiliser MojoWorld en 2006. Je ne sais plus pourquoi. Je me rappelle d'une nuit d'orage qui a mis K.O. mon PC et de mon peu d'envie de tout réinstaller sur la nouvelle machine. Je ne me rappelle plus la raison exacte. Peut-être est-ce le manque de temps, les limites que m'imposait le programme ou mes propres limites...

Dale Redux 2 - Image de synthèse réalisée avec MojoWorld

MojoWorld est un explorateur de planètes virtuelles. Il permet de créer des planètes et des lunes, de les visiter ensuite. Les passionnés partagent les planètes qu'ils ont réalisées sur les forums. Il existe des challenges où les Mojonautes visitent une planète récente et montrent ensuite les images de leur voyage. Je me rappelle des planètes que j'avais inventées et partagées, la toute première Fishbone, les suivantes Shamal, Fantom V, Offering, Olko...

Dale Redux 3 - Image de synthèse réalisée avec MojoWorld

Mais où est passé ce programme ? Je retrouve la version 2 que j'installe. La version 1 achetée en 2001. Les disques de la dernière version. Il faut que je retrouve les plugins qui me permettront de revisiter mes propres planètes. En attendant je visite Dale de Armands Auseklis et je ne peux m'empêcher d'altérer sa beauté, les nuages ici, les displacements des textures ensuite pour en accentuer l'aspect carapace...

lundi 25 octobre 2010

OrmaZ

OrmaZ - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Une variation de l'image de dimanche, cette fois pendant la lunaison...

dimanche 24 octobre 2010

TerraZ

TerraZ - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Sur TerraZ (1), c'est aussi la saison des champignons!
Après le passage de la lune géante, les rochers-maîtres sporulent...

(1) TerraZ est le nom donné à Terra 16 par les descendants des Pionniers.

samedi 23 octobre 2010

Grand Desert B

Grand Désert B - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Au sud d'Elephant Arch commence véritablement ce que les Pionniers de Terra 16 ont baptisé Grand Desert B. Une vaste zone rougie par la poussière et le vent, stérile.
Ici et là des roches semblent s'élever, géants érodés. Ce sont les Shadow Catchers, les attrapeurs d'ombre.
Ils n'ont pas tous été dénombrés et nommés. Grand-père et Vieille femme que l'on aperçoit à gauche de l'image, Jim et Joe à l'horizon derrière l'arche sont les plus photographiés par les touristes.
La plupart des Shadow Catchers abritent des colonies de morducs (1). A la tombée du jour, ils partent en chasse et font des allers-retours toute la nuit pour ramener des almanites à leurs petits. Ils migrent au début de la saison sèche et forment des nuages si denses que le survol de la zone est interdit aux spaceships de toute taille.


Note (1) : Le morduc est un oiseau de proie nocturne, un peu plus petit qu'un molbec.

vendredi 22 octobre 2010

Elephant Arch

Elephant Arch - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Si vous quittez l'autoroute pour rejoindre Elephant Arch, n'oubliez pas de faire le plein de carburant car il n'y a qu'une petite station sur la route. Elle est souvent mal approvisionnée, rarement fermée. Les touristes piégés y séjournent parfois plusieurs jours avant l'arrivée du camion-citerne.
La légende veut qu'un homme a attendu si longtemps son ravitaillement en essence qu'il a eu le temps d'épouser la fille du patron et de lui faire trois enfants. C'est une fable bien sur mais ne vous avisez pas de la démentir devant l'homme qui somnole près des pompes et qui vous regarde à travers les trous de son grand chapeau de paille.
La station fait aussi restaurant, on y mange assez bien. Vous pouvez dormir sur place mais il n'y a pas d'hôtel, ce serait trop embarrassant de blanchir des draps dans un lieu aussi aride. Votre sac de couchage sera donc toléré. Je vous déconseille le sac à viande car minuit venu, malgré l'été, le vent froid glace la peau et les os. Arrivez dans l'après-midi et demandez à dormir dans la grande salle du restaurant si les ronflements des autres touristes ne vous indisposent pas.
Il est possible de faire l'aller-retour jusque Elephant Arch dans la journée sans s'arrêter mais le retour se fera de nuit et, à moins d'avoir la vue d'un morduc (1), il vous sera difficile d'éviter les ornières de la route à bonne allure. Par précaution roulez de jour.

Elephant Arch est à l'orée du Grand Désert B. Un désert de cailloux où seuls les monolithes géants permettent de se repérer. Il n'y a pas de carte. Juste une grosse tache vierge sur la carte autoroutière. Personne n'a pensé à cartographier l'endroit parce que son sous-sol est pauvre. Pas d'or, pas d'argent, pas de cuivre, pas de pétrole, pas d'uranium. Rien que des cailloux trop gros pour entrer dans vos chaussures de marche.
Avant de fouler la piste rouge, prenez soin de ne pas emporter toute votre eau, laissez quelques gourdes dans votre véhicule pour le retour. Malgré la faible gravité de Terra 16 et vos pas de géant, il est dangereux d'approcher Elephant Arch à moins d'un kilomètre. En tombant de ses parois, les rochers rebondissent comme des ballons sur des centaines de mètres et peuvent vous emporter.
Arrivés à l'endroit où a été prise la photo, sortez une dernière fois votre appareil et vos sourires avant de rebrousser chemin. Surtout n'allez pas plus loin!

Note (1) : Le morduc est un oiseau de proie nocturne, un peu plus petit qu'un molbec.

jeudi 21 octobre 2010

Les Ecarassins

Les Ecarassins - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Les Ecarassins sont à un jet de pierre de la maison. Il suffit de suivre la pente de la grande prairie et vous y êtes.
Les gorges ne sont pas signalées parce qu'aucun pêcheur ne vient ici. Il fait trop froid la plupart du temps, l'ombre garde les lieux presque à toute heure de la journée.
Parfois un épais nuage de brume s'en échappe et il faut être du pays pour trouver le chemin qui descend de la prairie jusqu'à la rivière. Parce qu'ici on fait bien les choses, le chemin sert également à monter de la rivière jusqu'au pays en rejoignant la grande prairie. Mais, pour une raison qui ne s'explique pas, le chemin qui monte est moins utilisé que lorsqu'il descend.
L'hiver dernier a été rude. Des grosses pierres sont tombées à cause du gel qui faisait tout craquer. J'étais allé vérifier au printemps et heureusement le petit pont naturel a été épargné. Ça m'aurait fait peine s'il avait été touché. Des gorges qui divorcent dans le pays c'est assez rare. Et plutôt mal vu par les habitants du village.


La source - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

A quelques pas de l'arche, il y a cette petite grotte où émerge la source. C'est en été, lorsque la rivière n'est plus qu'un filet d'eau, qu'on la voit clairement émerger. Au printemps, elle est invisible, comme noyée par la rivière.
Il y a parfois une petite lueur dans la cavité. Au pays, on dit que c'est la vierge de je-sais-pas-quoi et on organise l'été venu des processions aux gorges. C'est l'occasion de fêter les moissons, le boudin du cochon que chaque famille a salé, la fille qu'on vient de marier, toutes ces choses qu'il faut célébrer parce que ça permet aux hommes de boire le vin fait à l'automne, de rentrer ivre à la maison, de battre femme et enfants sans rougir.
On fête avant tout les vertus supposées de la source à la vierge de je-sais-pas-quoi. Que personne n'a rencontré jusqu'à présent. Il fait bien trop froid dans les gorges pour venir s'y tremper les fesses. Même les filles du pays en aval de la rivière ne sont pas assez sottes pour s'y aventurer. Au risque d'y rencontrer un de nos gars mal embouchés. Mais ça doit arriver puisque le chemin qui descend aux gorges est peu utilisé pour remonter.
La lueur ne s'explique pas. Les gens sérieux disent que ça date du temps des Celtes parce que ça fait sérieux d'évoquer les Celtes pour expliquer ce qui est ancien et qui ne s'explique pas. Au temps des Celtes, les gens sérieux disaient que ça datait du temps d'avant et qu'un esprit hantait les lieux. Ça permettait d'éloigner les enfants et les rêveurs parce que la grotte et les gorges étaient dangereuses. Même par beau temps, on a vite fait de glisser tête la première sur un rocher.
Comme les Celtes aimaient les rêveurs et leurs enfants, ils ont inventé la lueur maléfique. Nous l'avons gardée et les curés ont ajouté la vierge de je-sais-pas-quoi pour nous permettre de rentrer saoul comme cochon une fois l'an...

mercredi 20 octobre 2010

Arche érodée

Eroded Arch - Image de synthèse composée avec Vue Esprit

La pluie me contraint à rester devant l'ordinateur pour sonder les entrailles du disque dur, classer, identifier, nommer. Je m'interromps parfois pour rêver une image de synthèse, la préparer, la composer. Je laisse ensuite la machine calculer, transformer les millions de polygones de la scène en image. Il faut souvent recommencer, un détail, une lumière qui pêchent. Parfois c'est mal composé. Alors il me faut recréer la scène et aussi abandonner, passer à autre chose, imaginer un autre désert, une autre foret.
Parmi mes visiteurs, Nathan me demande souvent comment c'est fait. Je pourrais faire des copies d'écran à chaque stade de l'élaboration de l'image, j'y pense et puis j'oublie ;-). Trouvera-t'il passionnant la création d'un rocher, comment le sculpter, l'éroder, le texturer et manipuler les équations et les déplacements pour lui donner vie ? C'est parfois savant lorsque je joue avec les vecteurs, c'est parfois tout bête lors je tire et déforme avec la souris. Mais je préfère vous montrer le résultat...

La galerie Attrape-rêves de Darthmagus.com a été mise à jour. Bonne visite!

mardi 19 octobre 2010

Le rêve de l'enfant-caillou

Peuple Sombre - Désert - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Il me faudra raconter comment la pluie polit les flancs des rochers-ancêtres, lave les cailloux tombés des falaises, chante à n'en plus finir pour les persuader qu'ils deviendront de bons gros galets.
Dociles, les cailloux écoutent la pluie leur promettre un avenir. Galets, ils finiront rochers. Les ambitieux se rêvent montagnes, les plus fous s'imaginent en insubmersibles continents.
Ne riez pas, jusqu'à mon réveil, j'étais l'un d'entre eux, je rêvais de m'élever dans le ciel aussi léger qu'un merle, lévitant à quelques centimètres du sol comme un bouddha quand un enfant m'a ramassé, soupesé avant de me faire ricocher à la surface du bassin où somnolaient les canards...

lundi 18 octobre 2010

Nouvelles galeries


Voici presque un an que je n'avais pas fait de mise à jour des galeries de Photos de Darthmagus.
J'ai profité de quelques jours de repos en Picardie sans connexion internet pour trier les photos stockées sur mon portable, réaliser 3 galeries (Fleurs, Libellules et Papillons), mettre à jour les pages statiques et supprimer les anciennes galeries.
La prochaine étape sera d'identifier tout ce joli monde afin de remplacer les noms actuels des images par des noms plus évocateurs...

Photos de Darthmagus

jeudi 7 octobre 2010

Automne

Vosges du Nord près de Rott

La lumière semble irréelle, l'orage menace sur la crête. Les forets des Vosges sont comme des boites de couleurs. Je m'arrête quelques instants le temps d'une photo, le temps de recevoir la pluie.
La pluie. J'ai l'impression qu'il pleut depuis des semaines mais je suis au travail lorsque le soleil d'automne caresse l'Alsace. Je suis en congés mais il y a mille trucs idiots à faire avant de prendre la route. A peine le temps de photographier les champignons. Que je ne mangerai pas. Je ne raffole pas des amanites! Que je ne vous montrerai pas. Celles de Cathy Bernot sont plus appétissantes, non ?

Vosges

Malgré le manque de lumière et la brume naissante, je suis allé jusqu'à un étang à libellules. Les essences d'arbres qui le bordent sont assez variées et je me contente d'admirer la palette du peintre qui a trempé ses pinceaux dans ce lieu désert...

Vosges du Nord

Cathy Bernot de Champagne-balade a publié ce mois-ci un article et de magnifiques photos de champignons dans le magazine Image & Nature, je vous invite à le découvrir!
Vers le vent est en pause quelques jours. A bientôt!

lundi 4 octobre 2010

Planète Encore 4

Planète Encore 4 - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

En attendant de creuser la mare aux libellules souhaitée par mes visiteurs, voici l'un des nombreux déserts qui peuplent mes rêves...

dimanche 3 octobre 2010

Partie de campagne 2

Partie de campagne 2 - Image de synthèse réalisée avec Vue Esprit

Sur la précédente composition de la série, l'herbe était rase et le trèfle abondait. Laurent semblait le regretter alors j'ai laissé pousser l'herbe... il a fallu 2 jours complets pour calculer l'image! J'aimerais ajouter des fleurs pour colorer davantage la scène mais ce n'est plus la saison ;-)
Bon dimanche!