mardi 19 mars 2013

La vie de château

A la fin de l'hiver 1972, après deux mois de siège et d'intenses pourparlers où nous fumes finalement contraints de céder tantes et cousines, la flotte de l'Amiral rejoignit la haute mer. Cela ne réjouissait personne. Les recettes de nos tantes n'étaient pas inoubliables mais la cuisine des rescapés plongea Grand-Père dans une profonde apathie. Cela l'empêchait de garder la tête haute et de régenter la vie au château aussi mon père lui succéda-t-il malgré lui.
Le siège de la forteresse avait entamé nos réserves, la cérémonie fut donc réduite à sa plus simple expression. Mais pour marquer son nouveau pouvoir, Père réattribua à chacun les appartements et les charges laissés vacants par les otages de l'Amiral. J'héritai donc de la bibliothèque et du titre un peu ronflant de "Capitaine à lunettes", laissé à mon intention par le valeureux cousin Michel mangé en fin de siège par des pirates impatients.
J'appris donc à lire et à écrire une seconde fois sous la conduite de précepteurs téméraires que mon titre de Capitaine à lunettes autorisait à soumettre au supplice de la planche lorsqu'ils m'agaçaient. Le rituel, qui se déroulait au sommet de la tour Est, consistait à s'avancer, poings liés, sur une planche qui surplombait le vide. C'était une époque un peu rude mais il fallait nourrir les requins de la baie...

Dark castle - Image de synthèse réalisée avec Vue 11 Infinite et Photoshop CS6

La charge de bibliothécaire n'était pas de tout repos. La guerre, le siège de la forteresse avaient fortement réduit le personnel. Ceux qui avaient une tête à chapeau avaient été enrôlés dans la milice du château, les autres avaient été mangés. Seule, Alice, que son grand âge avait épargné, demeurait à mes cotés. Elle menait la bibliothèque d'une main de fer, quoique tremblante, comme elle avait dirigé plus jeune l'estaminet "Les six fesses" où sa mère et sa soeur avaient officié à ses cotés. Les lecteurs n'en menaient pas large et respectaient scrupuleusement ses consignes.
Tandis que mon frère François dressait d'interminables listes d'ouvrages que la bibliothèque se devait d'offrir à ses abonnés, je devais parcourir les librairies proches pour les acquérir de gré ou de force. Ainsi, accompagné de soudards et de brigands, je dus à mon tour mener de longs sièges. Les librairies tombèrent, vaincues. 3 à Soissons, 1 à la ville haute de Laon que ses remparts n'avaient pas protégé et 1 dernière fort renommée au centre de Compiègne près de l'église Saint-Jacques que nous avons épargnée. Bientôt, par manque de place, les livres de la bibliothèque du château furent entreposés dans les corridors voisins en attendant que s'achève l'édification de la Très Grande Bibliothèque du Capitaine à lunettes.

Alors que les travaux de la Très Grande Bibliothèque prenaient fin dans l'aile Est du château, considérant ma méthode d'acquisition des livres, Père décida de la baptiser Très Grande Bibliothèque du P'tit Flahut (petit fléau) et, pour me faire pardonner mes crimes, me chargea d'en rédiger toutes les notices. Ce fut un travail de forçat que l'informatique me permit d'achever il y a 2 ans à peine...

20 commentaires:

  1. Bon jour Philippe,
    J'aime beaucoup tes écris, on y est !
    Quand à tes réalisations, j'adore !
    Chapeau bas M'sieur !
    Pour le tadorne, la seconde photo c'est Madame !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Pascale :) Le soleil est de retour, j'ai l'APN qui me démange ;-)

      Supprimer
  2. Et la suite, alors? C'est comme un bon livre : on voudrait qu'il ne finisse jamais! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me touche, je redoute un peu les réactions que provoque ce genre de récit loufoque, merci Gine :)

      Supprimer
  3. Très sympa cette histoire et l'image est somptueuse! un beau début de conte que tu devrais continuer ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je viens te dire bonjour je dois trouver du temps pour moi et pour les blogs
    Mais je ne le trouve plus
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour France :) Prends du temps pour toi, pour les blogs ce n'est pas grave...

      Supprimer
  5. Bonjour Philippe!
    Tu es un artiste et un écrivain je trouve!
    Bonne continuation et bonne journée!
    Bisou

    RépondreSupprimer
  6. Ce que c'est beau , merci Philippe.

    RépondreSupprimer
  7. Délirant, quelle imagination! A continuer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucie, la suite est presque prête...

      Supprimer
  8. Excellente réalisation et tu es un conteur hors pair ;)
    Agréable fin de journée Philippe : Bises

    RépondreSupprimer
  9. Quel plaisir de vous lire, monsieur le Conteur .... :-)
    Encore, encore .....

    Bonne soirée, Philippe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Jacqueline, bonne soirée :)

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !