vendredi 30 août 2013

Camargue au printemps - 2

Aigrette garzette

Au début, rien n'est facile. L'homme est un prédateur redouté et l'approche provoque la fuite. La méconnaissance des terrains d'observation et des espèces, la surprise aussi, produisent des images un peu floues.
Avec souvent un temps d'avance, France de Nîmes repère les oiseaux. Sans son aide et son excellente vue, je me serai vite découragé !

Bihoreau gris

J'ai écouté celles et ceux qui vantaient leur matériel et dénigraient mon petit zoom. J'ai acheté une grande focale espérant rejoindre la cohorte de ceux qui comptent sous Photoshop les plumes du croupion des oiseaux. Ça m'a vite gavé !
Alors j'ai potassé. Les guides, les manuels de toute sorte. Les cartes routières pour me repérer dans le dédale de la Camargue.

Pont des Tourradons

Que vous ayez une longue focale, un petit zoom, un bridge ou une paire de jumelles, les oiseaux sont là. Ils attendent.
Il m'a fallu aussi apprendre la patience. Pour les apercevoir, pour savoir où les attendre. Pour me contenter de clichés imparfaits. Pour recommencer sans autre espoir que de réussir à les observer.

Nettes rousses

Mouette rieuse

Parfois, j'en ai eu marre. Je suis retourné compter les moutons. C'était plus facile que de persévérer.

Moutons

Taureau

Un jour, le déclic est arrivé. Le héron ne s'est pas éloigné, l'aigrette m'a ignoré, l'échasse m'a charmé...

Héron garde-boeuf

Échasse blanche

Voir ou revoir :
Camargue au printemps - 1

24 commentaires:

  1. Magnifique ! Vos mots touchent en tout cas et vos photos ont un petit quelque chose que les pros de l'objectif, des zooms et je ne sais quoi ne réussissent pas à faire passer... j'appelle cela l'émotion.

    Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Moun, je ne fais pas toujours de bonnes photos mais je fais souvent de belles observations. J'aime les partager, voir cette petite flamme dans le regard de ceux à qui je viens d'indiquer où admirer une aigrette ou un héron...

      Supprimer
  2. Bonjour Philippe. Parfois on n'a en effet pas envie de persévérer, trop compliqué, trop long, pas équipé pour, etc... et puis on se rend compte que l'outil ne fait pas le photographe et que ce qui compte est le plaisir que l'on a à saisir enfin un animal, de près si on a de la chance, de loin le plus souvent mais c'est la rencontre qui compte. Jolie série variée sur les plaisirs de la Camargue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, j'aime l'approche, l'observation, la rencontre, j'aime photographier l'oiseau dans son environnement, je n'aime pas le déranger ou l'agacer pour obtenir un cliché qui dormira sur un disque dur...

      Supprimer
  3. Bon jour Philippe,
    Sympas ces photos des oiseaux dans un environnement bien de Camargue. L'ambiance générale y est bien ressentie.
    En revanche, quand je lis tes mots, je n'éprouve pas du tout ce sentiment. Je trouve au contraire que les oiseaux y sont relativement "faciles" dans la mesure ou il y a toujours moyen de se cacher et de ruser pour aller à l'approche. Bien sûr il ne faut pas avoir peur de se faire griffer par les roseaux ou encore parfois de mettre les pieds dans l'eau... de rester plusieurs heures assis sans bouger aussi en se faisant piquer par les moustiques.
    Tout comme hier quand tu parlais des odeurs, je n'ai pas reconnu la Camargue... et pourtant, j'ai le nez très sensible.
    Bien sûr les marais ont parfois une odeur forte, mais sans aller jusqu'à l'insupportable. Quand aux chevaux, oui, près des manades ou le nettoyage n'est pas forcément fait, cela sent le l'urine, mais ce n'est pas cela qui résume la Camargue.
    Laurent fait des photos avec un 300mm et il arrive à faire des photos avec une bonne approche.
    Maintenant, en ce qui concerne les plumes des croupions des oiseaux, tu sais ce que j'en pense ;-)
    Bises à toi et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascale,
      La première fois, je n'ai rien vu. J'ai traversé la Camargue en touriste et je n'ai vu qu'une vaste friche. Désolé pour le folklore mais l'entrée des Saintes puaient et il m'a fallu d'autres visites pour tempérer mes impressions.
      Tu as sans doute reçu meilleur accueil, eu d'autres impressions à ton arrivée, tant mieux :) Je décris ce que j'ai ressenti, je ne porte pas de jugement, sinon je ne serais pas revenu !
      J'explique simplement mon cheminement. J'ai eu besoin de temps pour aimer la Camargue. Au ton de ton commentaire, je suppose que tu as eu le coup de foudre, non ? ;-) Bises

      Supprimer
    2. Re coucou Philippe,
      Je connais la Camargue depuis que je suis gamine, et elle était à cette époque encore bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Pas d'interdiction de circuler, pas de barrières... si ce n'est des barrières naturelles.
      En revanche les moustiques toujours très présents et quelque soit la saison (c'est là ma "seule noire").
      Amoureuse des chevaux, ils ont probablement joué dans l'amour que je porte à cette région, surtout ainsi en quasi-liberté.
      Je dois dire que lorsque j'ai fait découvrir cette région de France à Laurent, il tenait sensiblement le même langage que le tien. Insensible à ce qu'il appelait des marécages crados ! Il faut dire aussi qu'il était très Montagne !
      Comme toi, petit à petit, il à appris à découvrir cette région, puis à l'aimer.
      Je n'ai jamais eu d'odeurs puantes aux Saintes-Maries, et quelque soit la Saison, en revanche Aigues-Mortes, quand les salins sont presque asséchés, là, cela peut être un peu musqué ;-)
      Bien sûr que tu peux porter un jugement, cela n'a rien de dramatique au contraire, un jugement pouvant être comme la critique, positif ou négatif, c'est aussi ce qui nous permet de dire j'aime ou je n'aime pas. Je sais bien que tu ne condamnes pas puisque tu as appris à aimer cet environnement.
      Le "ton" de mon commentaire était comme le tien, juste mes propres ressentis ;-)Ah pas facile les écris ! hihihi
      Re bises

      Supprimer
    3. J'ai reçu ton commentaire sans surprise : je connais ton enthousiasme et ta passion :)

      Supprimer
  4. Tu es un conteur magique, tu vas faire naître des vocations, un pas de plus pour préserver notre belle nature. Quel bonheur de s'arrêter, d'observer...et de photographier un instant de ce plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eric, je rencontre souvent des gens modestement équipés assez étonnés qu'un type avec un gros APN muni d'une grande focale leur adresse la parole et leur signale où aller pour observer plus favorablement des oiseaux mais ce qui compte c'est l'émotion !

      Supprimer
  5. Phil bonjour et bien merci mais je pense que ma vue baisse HIHIHI
    Mais si je peux les voir avant toi et bien oui c'est sympa je trouve
    Mais ensuite vite il faut sortir nos APN et en avant pour des photos
    Tes photos sont belles PHIL
    De toute manière j'aime cet endroit
    je pensais y aller aujourd'hui mais je vais encore me reposer j'en ai besoin
    QU'elle est belle cette aigrette j'adore aussi la voir décoller
    c'est un spectacle tellement beau et magique aussi
    Bonne journée PHIL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour France :) Oui c'est bien pratique d'avoir une co-pilote aussi passionnée que toi ! ;-) Merci encore ! Bon repos :)

      Supprimer
  6. elle est belle ton aigrette j'y suis allé deux fois et une fois je n'ai pas vu beaucoup d'oiseaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Flo, sois rassuré, je n'ai pas toujours de chance ;-)

      Supprimer
  7. Philippe bonsoir!
    Merci pour tes superbes photos!
    Avec la lumière et des animaux un endroit féerique!
    Mon coup de cœur - comme pour toi des rochers ....
    Bon week-end!
    Bisou

    RépondreSupprimer
  8. Bien des milieux demandent un temps "d'apprivoisement". Ensuite à pas feutrés on pénètre dans la vie du monde animal qui les habite. On noue aussi des contacts avec les humains, bien sûr! La patience , la persévérance, l'observation tranquille nous livre alors des merveilles.
    Merci pour ce partage des émotions que la Camargue t'a offerte à travers ces belles images!
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucie pour ton témoignage, bon week-end :)

      Supprimer
  9. Il faut beaucoup de patience, Philippe, mais je suis sûre que tu en as beaucoup... la preuve... :-)
    Merci pour cette jolie série de photos. Bonne soirée, et bon week-end. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsque tu admires ton sujet, la patience vient naturellement... enfin, presque ;-) Bon week-end Françoise, bises.

      Supprimer
  10. De chez moi, j'ai le choix...soit aller vers le nord, dans la garrigue, soit vers le sud, en Camargue...j'avoue que mon coeur penche pour le nord.
    Mais...la Camargue, ne me déçoit jamais. Tant de richesses et de surprises...pour les photos d'oiseaux, c'est quand même un lieux où l'on peut faire son apprentissage. Bien sûr, il faut connaître les bons endroits. Et je vois que tu les connais...
    Tes photos sont très belles, je rêverais photographier un aussi bel envol d'aigrette garzette !! Bravo et bon we Philippe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regrette de ne pas pouvoir m'y rendre plus souvent, découvrir la Camargue et les oiseaux sous d'autres lumières... Bon week-end Isa :)

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !