mercredi 10 décembre 2014

Brame, les combats

Brame du cerf élaphe, combat

Toujours spectaculaires, les combats entre cerfs ne sont pas aussi fréquents qu’on pourrait le croire. La plupart du temps, les mâles se défient à distance et poursuivent leur adversaire sans chercher à lutter.
La scène que j’ai observée a commencé par une marche parallèle, c’est à dire que les deux adversaires ont marché presque cote à cote une dizaine de mètres avant de se faire face brusquement.
Le bruit des bois qui s’entrechoquent est impressionnant ! Le combat a duré quelques minutes, sans vainqueur apparent, sans acharnement.

Brame du cerf élaphe, combat

Brame du cerf élaphe, combat

Brame du cerf élaphe, combat

Brame du cerf élaphe, combat

Voir ou revoir :
Brame, les chasses
Brame, les marquages

32 commentaires:

  1. Ce doit être impressionnant ...Jamais de casse dans ces bois ?
    Une idée du poids de ces bestiaux ?
    Tu es à découvert ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de la casse parfois et des enchevêtrements qui peuvent nécessiter l'intervention humaine. Leur poids avoisine les 150 kg. Le combat a commencé alors que nous avions quitté l'affut parce qu'il ne se passait rien depuis plusieurs heures. Nous étions à découvert.
      Bonne journée Daniel.

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Quelle chance - qui se mérite , sûrement ! - d'avoir pu assister à cette joute .Je suis agréablement surprise que les chose se passent mieux que je ne le redoutais .Merci de ce beau partage .
    Bonne journée .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En totale liberté, les cerfs préfèrent la fuite à l'affrontement. Les rivalités vont jusqu'aux combats lorsqu'un jeune cerf guigne la harde d'un plus expérimenté. Parfois aussi entre deux jeunes cerfs et sans enjeu.
      Bonne journée Sophie.

      Supprimer
  3. Bon jour Philippe,
    Très belles prises !
    En parc, je ne suis pas surprise que cet affrontement ait eu lieu quand vous étiez à découvert, car c'est souvent en présence humaine que cela se produit et aussi que se produisent les blessures parfois très graves et mortelles. En pleine nature, en effet, la fuite est le plus souvent l'attitude adoptée.
    J'ai eu l'occasion de discuter avec un propriétaire, et le brame est pour lui un moment redouté car chaque année il perd un ou plusieurs de ses mâles.
    Je te souhaite une bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les combats sont rares entre mâles de même génération, ils opposent des jeunes aux anciens surtout en fin de brame. Le jeune attend l'épuisement du maitre de place pour le provoquer. J'ai aussi assisté à des escarmouches entre jeunes, sans véritable enjeu...
      Le parc ne semble pas redouter les pertes. En tout cas, ceux qui suivent les cerfs et maintiennent le public à distance ne l'expriment pas publiquement.
      Bonne journée Pascale.

      Supprimer
    2. Et bien nos observations ne nous ont pas montré les mêmes choses, et peut être en effet que ceux qui tiennent ce parc n'expriment pas les choses au public.
      La présence humaine en parc à cette période précise exacerbe leur agitation entre mâle de même âge et même entre un mâle adulte et un brocard.
      D'ailleurs, au domaine Coulondres à Saint Gély du Fesc ou il y a des Daims et des Cerfs Sika (bien moins puissants), ils ont choisi l'option de fermer durant deux périodes. Les quatre semaines du Brame de manière a éviter ces accidents entre les mâles, et durant le mois des naissances (cette fois pas pour la sécurité, mais pour la tranquillité). Il est certain que ce sont des périodes en parc qui attirent particulièrement le public, et donc les finances... s'en portent bien.
      J'ai assisté de mes yeux et en présence d'amis, en parc, à plusieurs accidents certains sans trop de gravité, mais d'autres beaucoup plus dramatiques, et je me suis promis de ne plus les déranger à cette saison quand ils sont en captivité. Le propriétaire a d'ailleurs exprimé le fait que les accidents se produisent généralement aux moment des heures de visites.
      J'ai eu l'occasion de les voir libres également, et ils sont totalement surexcités. Je ne peux donc nier que notre présence soit pour eux une raison de l'être encore plus puisque nous sommes des concurrents potentiels.
      Sais tu que chaque année 15 mots humains sont répertoriés en France pendant cette période, complètement embrochés ? Je connais un Monsieur qui a survécu à une charge, mais il est depuis en chaise roulante.
      Maintenant, c'est vrai que nous parlons de nos expériences personnelles, je ne peux donc que parler des miennes.
      Bonne fin de journée

      Supprimer
    3. Au parc de Sainte-Croix, le personnel est renforcé pendant le brame, des surveillant(e)s à des postes fixes et des surveillant(e)s mobiles pour empêcher le public de s'approcher, ainsi que des guides prêts à répondre à toutes sortes de questions.
      Le brame se déroule en plusieurs lieux : la place du brame proprement dite où le public dispose d'observatoires, un espace boisé et une vaste friche où les cerfs se cachent volontiers. Je pense qu'ils sont plus accoutumés à l'homme ici que chez toi car il y a de nombreux affuts et des bivouacs depuis des années.
      Je n'ai jamais entendu parler d'accidents mais cela ne signifie pas qu'il n'y en a pas.
      Selon moi, la journée la plus dangereuse est le samedi matin car elle est réservée aux photographes. Imagine une cinquantaine (ou plus) de gus alignés comme à la parade sur quelques dizaines de mètres : c'était la journée la plus agitée de toutes celles auxquelles j'ai assisté. J'en ai observé quelques uns, inconscients du danger, prêts à braver les interdictions dès que la surveillante avait le dos tourné !
      Bonne soirée Pascale.

      Supprimer
    4. En effet, dans ces conditions je comprends qu'ils y ait moins d'accidents. Je n'ai jamais eu l'occasion d'aller dans ce parc, un jour peut-être...
      Oui j'imagine très bien ce que tu expliques, et les gens sont vraiment crétins parfois, juste pour faire THE photo. Non seulement ils peuvent se mettre en danger, mais en plus ils ne s'interpellent pas sur le dérangement que leur présence peut causer.
      Imagine en Camargue si le site de nidification des Flamants roses n'avait pas été interdit au public, le désastre !
      Les photographes ne sont pas toujours plus malins que les chasseurs... pour d'autres motivations.
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
    5. Je partage ton point de vue, les photographes ne sont pas toujours les plus avisés !
      Bonne soirée Pascale.

      Supprimer
  4. Des photos exceptionnelles, Philippe!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  5. Il faut être là au bon moment...
    Magnifiques images de cette dure réalité de la nature!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Joseph,

    Ca doit être vraiment impressionnant à voir. Certains y laissent tout de même des séquelles avec des bois cassés.
    Superbes tes photos!

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. C'est impressionnant , moi j'ai vu cela en forêt, dans la forêt domaniale de Beaumont le roger où j'habitais et on allait au moment du brame les écouter .. ben je peux te dire que ça se bat dur dur mais je n'ai jamais vu un animal en mourir, par contre des cornes arrachées qu''on rapportait à la maison , alors là oui ...

    RépondreSupprimer
  8. bonsoir Philippe - tes photos sont vraiment belles ...........je me demandais s'il y avait de la casse dans les bois mais j'ai lu la réponse plus haut - merci et bonne soirée -Cécile

    RépondreSupprimer
  9. Sans acharnement et c'est tant mieux ! Quel spectacle tu nous offres, merci Phil

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Philippe,
    j' adore tes photos, c' est un moment génial que tu as observé et que tu nous fais partager, ces scènes doivent être impressionnantes, un pur bonheur .

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour le spectacle, j'entends claquer les bois :)
    Bonne soirée Philippe ! Bises

    RépondreSupprimer
  12. Une scène que tu as su bien retranscrire, c'est toujours impressionnant de voir ces "bagarres", surtout d'entendre les bois claquer.
    je sais que tu es un photographe respectueux de cette nature, alors j'apprécie d'autant plus tes photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valérie, j'essaie d’être respectueux.

      Supprimer
  13. Alors ce n'était pas un combat, mais une petite dispute... :-)
    Très belles tes photos, Philippe. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne serais pas allé les départager ;-)
      Merci Françoise.

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !