mercredi 4 février 2015

La cathédrale de Strasbourg - 1


Si j’ai participé dans ma jeunesse, et sous la houlette de Pierre Pottier (relire le billet Ventadour), à des chantiers de restauration d’églises dans le sud de la Picardie, je suis resté un mécréant, me méfiant des curés, septique envers toutes les religions.
Cela ne m’empêche pas d’admirer le travail des bâtisseurs et c’est toujours avec curiosité que je fréquente les vieux édifices. La cathédrale de Strasbourg, ses vertiges et ses lumières, ne me laissent donc pas indifférent…





25 commentaires:

  1. Très belle cette cathédrale , même si elle n'a qu'une tour ... Belle luminosité , ce qui aide !
    Dommage pour le manque de recul ...Pas de travaux en ce moment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de travaux en ce moment. La cathédrale est bien entourée, il faut un grand angle pour avoir le recul et le mien était hors-service à l'époque.
      Bonne journée Daniel.

      Supprimer
  2. Je l'ai visitée lors d'une sortie scolaire, tu vois cela remonte à bien longtemps !!! Mais je n'ai jamais oublié l'impression de respect pour ceux qui l'ont bâtie.
    Merci pour ce beau souvenir.
    Bonne journée, grrrr qu'il fait froid !

    RépondreSupprimer
  3. Bon jour Philippe,
    Je ne suis pas une fan de ces édifices, mais toutefois j'aime énormément ta première photo.
    Merci et bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. De mécréant à mécréant, j'admire aussi le travail de ces bâtisseurs... et la beauté de certains édifices ne me laisse jamais indifférent.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas croyant non plus, mais j'aime l'atmosphère des lieux de culte, bien rendue dans tes photos. J'aime bien le clair obscur des photos de vitraux.

    RépondreSupprimer
  6. On peut être athée et admirer la beauté! Malgré mon manque de foi, j'aime les églises, témoins du passé et de l'excellence des ouvriers qui pensaient mettre tout leur art au service de leur seigneur!
    Ta première photo est splendide!

    RépondreSupprimer
  7. PHIL elles sont splendides des photos et moi j'aimais bien le curé de mon village bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. Non seulement tu admires, mais tu fais admirer... Tes photos sont MAGNIFIQUES
    Merci

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Phil
    Les travaux sont en effet grandioses.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir ,
    La 1 donne de manière concise et sobre une très belle sensation de la hauteur de cette cathédrale - et de son élévation au sens spirituel , ce qui est corroboré par les 3 vitraux...
    Amicalement .

    RépondreSupprimer
  11. C'est sûr que devant de telles réalisations on ne peut pas rester de marbre, il en est de meme pour les petites chapelle souvent riche également

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelque chose de démesuré, un peu fou dans un édifice aussi grand, un élan collectif qui défie le temps. Les chapelles me touchent également mais parce qu'elles sont à dimension humaine, elles témoignent d'une pitié toute simple.

      Supprimer
    2. "piété" au lieu de "pitié", dsl.

      Supprimer
  12. Bonsoir Philippe,
    la première photo de cette série, croisée sur Google+, m'avait inspiré : je m'étais promis de déposer ici l'écho de mes pensées, j'ai tardé, me voici...

    La perfection architecturale explose dans ce cliché : c'est une réussite, en tous points !
    Sans doute la force particulière de ton cadrage est venue bousculer ma mémoire et raviver ma première visite de cette cathédrale, à 18 ans.
    À l'époque, en sortant de ce bel édifice, j'ai aperçu dans une pharmacie une citation de Rudolf Steiner :
    "Regarde en toi, et tu comprendras la nature, regarde la nature, et tu te comprendras..."
    Depuis, l'évidence de cette circularité ne m'a jamais quitté, et je l'ai "enseignée" mille fois !
    Une circularité qui imprègne tes partages, que tu vis aussi, je crois ?

    La force de ces pierres dressées, de cette roche soulevée, ouvragée, est venue aussi raviver les nombreuses belles paroles de mon père, qui n'avaient d'autre intention que d'élever ses 5 enfants vers le meilleur dont l'humain est capable...
    Mon père s'appelait Pierre et j'ai compris par ton cliché que ma passion des roches, des rochers, des pierres était ma façon païenne de le rendre présent, ce croyant fervent, tandis que j'ai construit mon chemin loin des religions.
    Il faut dire que tu avais préparé le terrain : chaque fois que tu parles de ton père, tu rends le mien présent...

    Voilà...
    Ton petit signe sur Facebook est venu me rappeler ma "dette" : ta photo m'a bousculé, m'a aidé, et je n'ai pas pris le temps de te remercier...
    Merci Philippe !
    Amitiés
    RV

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cathédrale de Strasbourg et l’Alsace sont entrées depuis longtemps dans l’histoire familiale. Histoire ou légende ? L’histoire que mon père nous a racontée quand nous étions enfants et dont le récit n’a pas varié - même s’il s’est enrichi alors que nous devenions capables de mieux le comprendre - jusqu’à sa disparition.
      Après guerre, mon père était en garnison à Thionville et venait parfois en permission à Strasbourg. La cathédrale et son horloge astronomique ont constitué le coeur de son récit, la Petite France et les bâtiments anciens de la ville en ont enrichi la trame. Il venait là pour découvrir et s’émerveiller, loin des filles à soldats qu’il n’a jamais évoquées.
      Nous avons eu, dès l’enfance, une image de l’Alsace qui nous a poussé ma soeur et moi à nous y installer à l’âge adulte.
      Au travers de ce qui émaillait son récit ou plutôt de ce qui en était absent et en le confrontant avec ce que j’étais en train de vivre, j’ai ainsi appris bien plus de mon père qu’il ne m’en avait jamais dit.
      Je ne l’ai jamais entendu moquer l’accent des Alsaciens ou leur sentiment d’être à part, préférant louer leurs qualités. Mon père avait de l’Alsace une vision gourmande et romantique. Ses vins et sa cuisine, ses monuments et ses Vosges. Une vision presque enfantine.
      Enfantine mais pas naïve, sa vision de l’Alsace et des Alsaciens était pleine d’indulgence et de compassion, c’était lui.

      Merci Hervé pour ton témoignage. Bon dimanche.

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !