vendredi 18 octobre 2013

Le sommeil du dragon

Le rocher Saint-Julien

En un temps lointain, quand les montagnes se déplaçaient sans cesse, un temps sans hommes, un dragon s'est endormi.
En arrivant à Buis-les-Baronnies, on ne voit plus que la crête de son dos. Il veille sur le Mont Ventoux, à quelques enjambées au Sud...

Le rocher Saint-Julien

Le rocher Saint-Julien

Voir ou revoir :
Près des Dentelles de Montmirail
Au pied du Ventoux

18 commentaires:

  1. Bonjour Phil
    Saint Julien est très beau au soleil ;-)
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Un iguane - un dragon! Il sait se chauffer au soleil et quand il se réveillera...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est apparenté aux Dentelles de Montmirail...

      Supprimer
  3. C'est beau la Drôme Provençale!
    Belle série!

    RépondreSupprimer
  4. C'est drôle comme tes univers de synthèse et réel se rejoignent! On s'attend à les voir s'ébrouer et se mettre en marche, ces géants!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce genre de paysages m'inspire. Merci Cathy :)

      Supprimer
  5. Phil bonjour
    je repasse plus tard regarder tes photos
    bisou

    RépondreSupprimer
  6. Quelle belle région. Merci du partage. Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découverte à l'occasion, j'espère y revenir. Merci Élisa :)

      Supprimer
  7. C'est beau, et belle légende...
    J'aime ces légendes.
    Bises Philippe et bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. Encore une belle découverte pour moi ; merci Philippe :)
    Pensées - Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une belle région, on y est très bien accueilli :)

      Supprimer
  9. Je viens de prendre un grand bol d'air PHIL merci
    car le paysage est grandiose et tes photos si belles
    Passe une belle soirée PHIL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas très loin de chez toi, environ 60 km, en direction de Orange, Carpentras... Bonne soirée France :)

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !