jeudi 15 janvier 2015

Grand vent froid

Près du Donon

J’étais allé le matin à la réserve naturelle près de la maison. Il faisait beau, le petit gris était de sortie.
En début d’après-midi, j’ai eu un gros coup de blues. Mon père me manque. Alors pour parler avec lui, je suis parti vers les Vosges et le col du Donon.

Le Donon

Je ne sais pas s’il était là, dans le grand vent froid. Peut-être était-il plus loin, dans sa haute vallée savoyarde près de Pesey-Nancroix. Ou juste en face, au soleil de la Côte d’Aime, avec son ami Bernard, admirant les neiges du Mont Pourri.
J’avais envie de lui parler. De la lumière de janvier. Des ombres longues et douces. Du vent. De la neige fondue. Du silence qui empêche de s’assoupir. Des souches de la tempête Lothar que nous avions découvert ensemble. Et des arbres qui ont poussé depuis.
J’avais envie de marcher. De temps en temps je m’arrêtais. Pour lui montrer la silhouette d’un arbre seul, la poche de lumière sur la crête. Ou pour l’attendre, lui laisser le temps de me rattraper, de souffler dans le grand vent froid.

Près du Donon

Près du Donon

Près du Donon

26 commentaires:

  1. Très propres ces clichés !
    Un peu de brume au fond ...Les larmes ravalées ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faisait très beau et froid mais il n'y avait pas de larmes.
      Bonne journée Daniel.

      Supprimer
  2. L'absence... qui est parfois si présente. On vit, on semble s'apaiser, puis d'un coup, ça nous serre le coeur, sans que l'on sache pourquoi, à ce moment-là...
    La balade avec la pensée de l'absent est une pratique qui apporte le réconfort...
    Bonne journée, Philippe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas l'expliquer, la lumière sans doute, un besoin tout simplement.
      Bonne journée Gine.

      Supprimer
  3. Belle série nature, avec un coup de coeur pour la 1 et la 4.
    Merci Philippe et bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Philippe,
    C'est émouvant la façon dont tu parles de ton père. Souvent les hommes ne disent rien ...... malheureusement.
    Tes photos sont très belles. j'aime beaucoup la N°1 4 et 5
    Belle journée à toi. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me manque et rien ne comble ce vide.
      Merci Élisa, passe une belle journée.

      Supprimer
  5. Bonjour Philippe,
    Comme je comprends tes mots de ce matin : moi aussi j'essaie de voir pour deux, plus exactement de regarder avec les yeux de celui qui me manque et qui était si avide de la beauté du monde , à la recherche d'une communion , d'un signe de connivence , d'une chaleur , mais c'est la tristesse qui me tombe dessus...
    Amicalement .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui ressemble, mélancolique parfois mais heureux de vivre surtout. Je ne suis pas triste parce qu'il ne l'était pas et qu'il n'aurait pas souhaité que je le sois. Mais il me manque terriblement.
      Bonne journée Sophie.

      Supprimer
  6. Bonjour Phlippe
    Le principal est de se retrouver en paix dans ces endroits que tu aimes et avec lui dans ton cœur, ton âme et ton esprit.

    RépondreSupprimer
  7. Tes mots sont poétiques et émouvants .....
    La nature est un réconfort, un lieu de spiritualité parfois .....

    RépondreSupprimer
  8. PHIL bonsoir
    que tu veuilles lui parler c'est bien normal et tu vas continuer de le faire
    encore et encore
    TU seras toujours en train de penser à lui et il le sentira de là-haut*
    On dit qu'avec les années le chagrin ,la peine, change de forme et se voit un peu moins
    Mais non ce n'est pas vrai le chagrin est là et y restera*
    Il faut peut être essayer de s'attacher à quelque chose qui te donne l'envie d'avancer car sinon je pense qu'on ne peut plus du tout avancer*
    Mes mots ce soir sont tristes mais je te dis ce que je ressens, et je pense qu'il est bon de le dire
    et de l'écrire*
    Nos souvenirs oui sont là avec nous, mais nous n'en aurons jamais assez pour que la peine diminue un peu
    Alors cette façon de rester avec lui quand tu pars dans ces endroits qu'il aimait c'est une très belle chose PHIL
    Je te souhaite une belle soirée PHIL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup France. Je ne sais pas si c'est du chagrin, son absence me pèse.
      Bonne soirée.

      Supprimer
  9. BONSOIR Philippe ........ tes photos sont si jolies ........ un faible pour la 3e ..........la nature ne peut que nous faire du bien .........elle apaisera ta peine petit à petit et tu pourras y sentir la présence de ce papa regretté. Bonne soirée Philippe. Cécile

    RépondreSupprimer
  10. Tes photos sont très belles, Philippe, et je comprends ce que tu peux ressentir. Non, ils n'aimeraient pas nous voir tristes, mais nous avons le droit d'être en manque d'eux, de leur présence.
    Bonne soirée à toi, et une douce nuit. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai un gros coup de coeur pour la 4 ...
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des restes de la tempête Lothar. La vie a repris depuis mais c'était une grande désolation pendant plusieurs années.

      Supprimer
  12. Merci Philippe… beaucoup d'émotion à te lire
    Passe une bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. C'est bien que tu puisses dire ta peine et qu'en retour tu entendes que tu es compris et que tu n'es pas seul à avoir quelqu'un qui te manque. Je vis la même situation mais ne peut en parler qu'à demi-mot et encore ! Je fais des pèlerinages et je revis seule chaque étape, chaque souche, chaque caillou., là il y avait une orchidée et là, une araignée... Pour avancer, je trouve une balade que nous n'avions pas fait ensemble et où je trouve d'autres choses à voir, l'esprit reste le même, mais je le fais seule pour me faire d'autres souvenirs, pour m'habituer à l'absence.
    Tout dernièrement j'ai entendu une phrase dite par je ne sais plus qui, prononcée par un ami de Charb lors de son enterrement qui peut aider: " Je ne suis pas triste de t'avoir perdu, mais heureux de t'avoir connu."
    Et continuons à vivre, en faisant comme ils auraient aimé que l'on soit. Du ciel, ils doivent nous voir et voir nos photos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes mots Marie-Christine :)

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !